le-developpement-de-la-motricite-libre-chez-lenfant-selon-montessori

Le développement de la motricité libre chez l’enfant selon Montessori

La notion de motricité libre vise à offrir au bébé un espace où il pourra découvrir les éléments qui l’entourent sans entrave. Étant libre de ses mouvements, il explorera son environnement à son rythme. Cette approche applique parfaitement le concept de développement de la motricité chez l'enfant selon Montessori. En effet, la méthode Montessori incite les parents à intervenir le moins possible dans les mouvements de leurs bébés pour encourager leur autonomie, et ce dès la naissance.

Ainsi, pour découvrir le rôle clé de la motricité dans le développement de votre petit et ses multiples avantages, consultez cet article.

L’importance de la motricité dans la croissance de l’enfant

Emmi Pikler, une célèbre pédiatre hongroise, a mené des études approfondies autour de la motricité enfantine dans les années soixante. Elle a tiré des conclusions majeures mettant en avant l’aspect naturel du développement de la motricité. En effet, la docteure a estimé que l’intervention des adultes n’était pas forcément nécessaire au développement des nouveau-nés. Par ailleurs, donner au bébé la possibilité de maîtriser ses mouvements sans le forcer, serait un moyen efficace de lui procurer une sensation de sécurité. Ses affirmations sont donc en parfaite adéquation avec les fondements de la pédagogie Montessori. Rappelons que celle-ci prône l’autonomie et l’accomplissement à travers le libre choix.

Comment Montessori conçoit-elle le mouvement ?

Selon la docteure Montessori, nous pouvons définir deux concepts différents liés au mouvement. Il y a tout d’abord la motricité globale qui englobe l’équilibre général et la marche, et la motricité manuelle, appelée également motricité fine. Cette seconde notion fait référence au développement de l’usage des mains.

De même, Maria Montessori affirme que « le mouvement est un facteur indispensable à la construction de la conscience ». De ce fait, le mouvement est peint en tant que perception de l’environnement. Elle y voit même un reflet qui indique la condition psychique de l’enfant puisque le corps et l’esprit sont indissociables. Elle conclut que l’absence de maîtrise serait un indice alertant sur son désarroi intérieur et un déséquilibre mental. C’est dans ce contexte que les écoles Montessori donnent une importance majeure au mouvement qui n’est en aucun cas limité. Contrairement à ce qui est d’usage dans les établissements classiques, les crèches et écoles qui appliquent la pédagogie Montessori ne répriment pas le mouvement des plus petits. Tout développement moteur est identifié en tant que donnée élémentaire dans le processus global d’apprentissage parce que « sans le mouvement, il n’y a ni progrès, ni santé mentale ».

Développement de la motricité chez l’enfant : les étapes

Le développement moteur chez l’enfant se fait selon des paliers notables qui commencent depuis la naissance et jusqu’à l’âge de 18 mois. Tout d’abord, vous remarquerez qu’aux premières semaines, il manifeste des mouvements involontaires. Il s’agit principalement de réactions aux stimuli extérieurs. À 2 mois, vous constaterez que votre bébé peut désormais relever sa tête alors que ce n’était pas encore possible avant. Vers l'âge de 4 à 5 mois, il commencera petit à petit à être plus actif. Cet âge marque les premières tentatives où il essayera de tenir les objets autour de lui. Vous noterez qu’il peut désormais ramper et se retourner sur le ventre dans son lit. Deux mois plus tard, il parviendra doucement à prendre une position assise. Sa motricité fine lui permet de tenir un objet dans la main et même de le passer dans l’autre.

À 8 mois, il démontrera un meilleur contrôle au niveau des mains puisqu’il se déplacera à travers la maison à 4 pattes. Approchant les 11 mois, votre petit ange pourra non seulement se tenir debout sans votre aide mais parviendra à effectuer quelques pas ordonnés. Franchissant le cap important des 12 mois, votre enfant commencera à marcher d’une manière assez droite. Au cours des mois suivants, et bien qu’il tombe plusieurs fois, il essayera de courir. Arrivant à l’âge de 18 mois, vous serez surpris que vous enfant marche de manière équilibrée. Il démontera une coordination évidente au niveau de sa motricité fine et de sa motricité globale. Par exemple, il pourra courir et porter des objets lourds simultanément.

Or, il faut savoir que chaque enfant est unique. Ces phases sont donc susceptibles de varier d’un cas à un autre.

Motricité libre : de nombreux bienfaits

La motricité libre a une influence positive sur votre enfant à plusieurs niveaux. Nous mentionnerons en premier lieu l’impact psychique. En encourageant votre enfant à expérimenter librement et à vivre ses premières expériences sensorielles sans le bloquer, il grandira en ayant plus confiance en lui. À long terme, les enfants qui sont élevés selon le principe de motricité libre, manifestent une meilleure estime de soi. Ils seront considérablement plus autonomes et feront preuve d’une autodiscipline notable.

En ayant l’espace propice au développement de sa motricité, le tonus musculaire de votre enfant sera considérablement renfoncé. Au fil du temps, vous remarquerez qu’il a une posture plus homogène. De même, il est important de souligner que cette approche éducative minimise grandement les risques d’accident. Bien que vous pensiez le contraire, permettre à votre bébé de bouger comme il souhaite n’est pas dangereux. En étant libre de ses gestes, il développera une meilleure maîtrise de ses mouvements et parviendra progressivement à appréhender les dangers potentiels qui l’entourent.

Enfin, nous pouvons dire qu’encourager la motricité libre de l’enfant est une approche économique. En optant pour cette méthode, vous n’aurez pas à vous encombrer d’accessoires comme le parc, le lit à barreaux ou encore le transat.

Mettre en place la motricité libre : les moyens à employer

La mise en pratique de la motricité libre sera appliquée par plusieurs moyens. Il s’agit de préparer son environnement pour un accompagnement efficace sans pour autant entraver son processus d’apprentissage. Par exemple, vous pourrez avoir recours au tapis d’éveil pour ses premiers mois. Cet accessoire peut être accompagné d’un hochet ou d’un anneau de dentition. En plus de stimuler l’éveil sensoriel, ces jouets Montessori permettent au bébé de développer sa motricité fine en essayant d’attraper les objets à sa portée.

À partir de 10 mois, pensez à lui offrir un chariot de marche. Cela l’aidera à maîtriser davantage la position debout et à gagner le contrôle de ses mouvements de pieds. Aussi, les jeux Montessori comme les cubes, les puzzles ou encore les jouets d’encastrement seront un excellent support pour lui procurer une expérience sensorielle positive.

Pour en savoir davantage sur le sujet, nous vous recommandons ces autres pages :

Le développement de la motricité fine chez l'enfant selon Montessori

Le développement de la motricité globale chez l'enfant selon Montessori

paradis du jouet logo
Inscrivez-vous à la newsletter & recevez -10 % sur votre première commande

Profitez-en !