periode_sensible

Les Périodes Sensibles selon Maria Montessori (de la naissance à 6 ans)

Vous avez remarqué que votre enfant devient inconsciemment et irrésistiblement attiré par quelques aspects de son milieu ? Il est devenu sensible à certains détails en excluant d’autres ? Ce sont, bel et bien, les signes d’une période de sensibilité. Il s’agit d’une phase particulière et limitée dans le temps. De ce fait, il serait avantageux de découvrir comment l’enfant se développe dans la pédagogie Montessori. L’objectif est de savoir quel type d’activités lui proposer et quel matériel d’éveil lui offrir. Dans ce qui suit, vous pouvez découvrir en quoi c’est intéressant de reconnaître les périodes de sensibilité et les caractéristiques pédagogiques de chaque étape.

Les périodes sensibles : kézako ?

Les périodes sensibles d’un enfant constituent une notion développée par Maria Montessori. Après ses études en médecine, elle a consacré toute sa vie à l’éducation des enfants. Suite à de longues années d’observations et d’études scientifiques, elle a pu découvrir des stades dans la vie de l’enfant qui expliquent bien son développement. On parle ici des “périodes sensibles”. Selon cette pédagogue, chaque petit présente un rythme d’évolution, des difficultés et une personnalité qui lui sont propres. Cependant, tous les enfants, quelles que soient leurs différences passent par les mêmes phases de croissance.

Les caractéristiques de ces périodes

Les périodes sensibles sont établies par la nature. L’être humain n’y intervient pas. Pendant ces phases, l’enfant devient apte à acquérir des facultés telles que le langage, la motricité, l’intelligence… Il est important aussi de savoir que ce sont des périodes qui se succèdent progressivement sans que personne n’en décide leur début ni leur fin. Par ailleurs, ces phases d’évolution se chevauchent, le plus souvent. Elles ne sont donc pas isolées les unes des autres, mais sont plutôt liées entre elles. Les compétences acquises durant ces phases se soutiennent mutuellement.

Qu’est ce qui se passe à ces stades ?

Selon Maria Montessori, la nature pousse l’enfant pendant ces différentes périodes sensibles à découvrir certaines choses plutôt que d’autres. De ce fait, on remarque que ce dernier devient sensible à des aspects bien particuliers de son environnement. Dans ce contexte, on peut évoquer le langage, les mouvements, l’ordre… Pendant chacune de ces périodes, le petit est disposé naturellement à acquérir des fonctions spécifiques. Par ailleurs, il est totalement impliqué dans l’apprentissage et il assimile rapidement ce qui se passe autour de lui. Quand le caractère est bien installé et développé chez lui, la sensibilité disparaît et la période sensible touche à sa fin.

En quoi c’est important de reconnaître les périodes sensibles ?

Ces stades d’évolution diffèrent d’un enfant à un autre. De plus, elles s’entremêlent et se chevauchent. Ainsi, il est important en tant que parent de pouvoir reconnaître ces transitions et de les identifier. Nombreux sont les signes à observer et qui peuvent révéler le fait que votre enfant traverse l’une de ces périodes sensibles. Il se peut que l’attention de votre petit soit attirée par une activité ou une acquisition particulière. Dans ce cas, vous allez remarquer qu’il se concentre dessus avec un grand plaisir et un dévouement intense. Il y fournit beaucoup d’effort pour réussir. Enfin, il devient capable de répéter la tâche en question d’une manière efficace. Reconnaître les périodes sensibles chez un enfant permet de proposer les outils pédagogiques nécessaires à son développement et d’enrichir l’environnement du petit autour de ses centres d’intérêt.

Procurer un environnement favorable au développement

Pouvoir détecter les périodes de sensibilité telles que présentées dans la pédagogie de Montessori permet de faire en sorte que l’ambiance (comme l’appelle Maria Montessori) ou le milieu dans lequel l’enfant évolue soit propice à son développement. En effet, il convient de lui procurer les outils et les moyens adaptés à cette sensibilité. A ce moment, l’apprentissage se fait plus rapidement et d’une manière plus fluide. Quand les périodes sensibles passent, il est toujours possible pour l’enfant de développer des compétences et des facultés variées. Cependant, l’apprentissage serait plus lent et moins profond.

Assister et accompagner l’enfant

Reconnaître ces périodes de sensibilité chez les enfants est aussi important dans la mesure où les parents sont tenus de ne pas contrarier l’apprentissage à ces stades. Autrement, il y a un risque de rendre ce processus plus difficile à des âges plus matures de la vie de l’être humain. L’idéal selon Maria Montessori est d’accompagner l’enfant en le laissant agir tout seul et en dosant l’aide qu’on lui apporte.

À titre d’exemple, pendant la période de sensibilité pour le mouvement, l’enfant aura tendance à s’acquitter de certaines tâches tout seul : il souhaite boutonner sa chemise, mettre ses chaussures, verser de l’eau dans son verre… Il veut compter sur soi-même pour réussir plusieurs petites missions. Dans ce cas, il serait avantageux de doser l’intervention de l’adulte pour laisser l’enfant faire ses petites conquêtes ” tout seul”.

Décoder les réactions des enfants

Comprendre le fonctionnement des périodes sensibles est très important pour pouvoir décoder certaines réactions chez les enfants. En effet, si pendant ces phases l’activité du petit est entravée par des obstacles présents dans l’environnement extérieur, ceci va se traduire par des réactions violentes ou des déceptions chez l’enfant. De leur côté, les adultes considèrent ces comportements comme ” des caprices”. Les causes de ces agitations sont parfois insignifiantes pour les parents qui peuvent ne pas saisir la sensibilité de leurs fils / fille à cette période-là.

Comment évolue l’apprentissage chez l’enfant ?

Selon Maria Montessori, c’est la nature qui impose un rythme de développement pour chaque enfant. L’essentiel est de savoir en profiter pour favoriser l’apprentissage. Cependant, il convient aussi de ne pas brûler les étapes et de respecter la progression naturelle de l’acquisition des compétences propre à chaque petit. Il est important de donner à chaque activité le temps nécessaire et suffisant.

Certaines tâches paraissent évidentes et naturelles telles que juxtaposer, plier, trier, verser… Mais le temps que dépensent les tout-petits dans ces travaux est si précieux. Réellement, en s’adonnant à ces activités, l’enfant apprend doucement à coordonner ses mouvements, à mieux organiser son travail, à se concentrer… Il s’habitue aussi à associer ses regards et ses gestes… Pratiquement, toutes ces acquisitions servent de bonnes bases pour les prochains apprentissages de l’enfant. Dans ce contexte, on peut évoquer les calculs, les langages et toutes les autres connaissances scolaires. Ainsi, ces dernières seront construites sur des fondations solides.

Quelles sont les différentes périodes sensibles dans la pédagogie Montessori ?

Vous souhaitez acheter du matériel Montessori à votre tout-petit et lui proposer des activités pour occuper sa journée ? Il convient, d’abord, de mieux comprendre son développement et ce qui se passe dans sa tête pendant les périodes sensibles. Ces dernières sont des phases passagères pendant lesquelles l’enfant présente un grand intérêt pour un apprentissage bien défini. De ce fait, il faut comprendre ses passions pour pouvoir le guider lors de son évolution.

 

Les 11 Périodes Sensibles dans la pédagogie Montessori

Langage (de la naissance à 6 ans)

Les activités à soutenir : utilisation d’un langage riche, langage des signes, lire, parler avec les enfants, travail d’association.
“L’enfant doit naître sans langage du tout pour qu’il puisse s’approprier le langage de son environnement. C’est le travail des deux premières années de la vie – s’approprier un langage complet.” Maria Montessori, Les conférences de Londres de 1946

Lecture (de 3 à 5 ans et demi)

Des activités à soutenir : la lecture, les jeux de sons, l’apprentissage des sons phonétiques des lettres au lieu des noms, la modélisation de la lecture, l’apprentissage de l’écriture.
“L’expérience m’a appris à faire une distinction nette entre la lecture et l’écriture, et elle a montré aux hommes que les deux actes ne doivent pas nécessairement être absolument contemporains. Notre expérience, cependant, a montré que l’écriture précède la lecture… par lecture, j’entends l’interprétation d’une idée au moyen de symboles graphiques.” Maria Montessori, La découverte de l’enfant

Écriture (de 3 ans et demi à 4 ans et demi)

Des activités à soutenir : travail de motricité fine, vie pratique, divers supports artistiques, inserts métalliques,
modelage de l’écriture.
“L’écriture se développe facilement et spontanément chez le petit enfant de la même manière que la parole.” “Mais dans notre système, les petits enfants acquièrent une main exercée et prête à écrire”.
Maria Montessori, La découverte de l’enfant

Affiner les sens (de la naissance à 5 ans)

Activités à soutenir : offrir des expériences sensorielles riches, des matériaux qui isolent chaque sens, utiliser un langage riche (petit, plus petit, plus petit), jouer dans la nature.
“Ce qu’il ressent peut être appelé, de manière non inappropriée, un amour pour son environnement. Les premiers organes qui commencent à fonctionner sont les organes sensoriels et l’enfant normal absorbe tout, sans encore distinguer le son du son, l’objet de l’objet ; il prend d’abord le monde, puis l’analyse”.
Maria Montessori, L’éducation pour un monde nouveau

Mouvement (de la naissance à 4 ans et demi)

Activités à soutenir : jouer à l’extérieur, éviter les contenants restrictifs, les travaux lourds, transport de matériaux, travaux pratiques.
“Il y a du mouvement dans toutes nos leçons – mais c’est un mouvement contrôlé, car les enfants travaillent toujours à la maîtrise d’un ensemble de mouvements. Par conséquent, ils se comportent de la manière active naturelle aux enfants et apprennent en même temps.”
Maria Montessori s’adresse aux parents

Ordre (de 1 à 5 ans)

Activités à soutenir : suivre une routine quotidienne, désencombrer son environnement, organiser le matériel Montessori dans des plateaux/paniers, montrer comment ranger le matériel.
“Lorsqu’un objet n’est pas à sa place, c’est l’enfant qui le perçoit et entreprend de le remettre à sa place. Un enfant de cet âge remarque le manque d’ordre dans les moindres détails qui échappent à l’attention des adultes et même des enfants plus âgés.”
Maria Montessori, Le secret de l’enfance

Petits objets (de 1 à 3 ans)

Des activités à soutenir : associer/trier les petits objets, jouer avec les objets linguistiques, donner une petite poubelle, jouer dans la nature, permettre à l’enfant d’explorer de petits objets.
“Mais le travail des petites mains qui sont les balbutiements d’un homme au travail nécessite des “incitations à l’activité” sous forme d’objets qui correspondent à son désir de travailler… Parfois, de très petits enfants, dans un environnement approprié, développent une habileté et une exactitude dans leur travail qui ne peut que nous surprendre.”
Maria Montessori, Le secret de l’enfance

L’apprentissage de la propreté (de 1 à 3 ans)

Activités à soutenir : ajouter un petit pot, essayer de changer les couches debout, impliquer l’enfant dans le processus de changement de couches et de toilettes, rendre les vêtements accessibles, créer une routine autour des toilettes.
“Il veut agir de son propre chef… s’habiller et se déshabiller lui-même, et cela n’est pas dû à une quelconque suggestion de notre part. Ses impulsions sont si énergiques que notre réaction habituelle est de les contrôler. Mais, en faisant cela, nous ne contrôlons pas vraiment l’enfant, mais la nature elle-même… et il obéit aux lois de la nature une à une”.
Maria Montessori, L’esprit absorbant

Politesse et bonnes manières (de 2 ans et demi à 5 ans)

Pendant cette période sensible, l’enfant cherche à comprendre les codes de la vie sociale qui l’entoure. Ainsi, il s’efforce de décoder les relations entre les personnes et d’imiter leurs comportements. Il commence, tout doucement, à prendre conscience des autres pour arriver à vouloir rendre service à ses proches. Pendant cette phase, il prend les personnes qui l’entourent comme des modèles ou des références. Il est donc inutile de lui répéter des instructions. Il suffit de se comporter correctement devant lui. Par son instinct, il reproduira la même chose en suivant l’exemple. Durant ce parcours de 0 à 6 ans, l’enfant cherche aussi à se construire une image à lui en tant qu’un individu membre d’un groupe.

Activités à soutenir : leçons pratiques sur les normes sociales comme se moucher, serrer la main, saluer les autres, se déplacer dans la maison, etc., modélisation des bonnes manières.
“L’enfant doit acquérir les coutumes qui prévalent dans son milieu. C’est pourquoi il doit avoir l’occasion de s’y exercer. Il ne suffit pas qu’il voie ce que font les autres.”
Maria Montessori, La découverte de l’enfant

Musique (de 2 à 6 ans)

Des activités à soutenir : chanter des chansons, fournir de vrais instruments, écouter une variété de musique, profiter des opportunités musicales de la vie réelle.
“Comme il est touchant que l’homme ait cet instinct, cette joie et ce sentiment pour la musique. À travers les petits enfants, ces choses, l’art et la musique, restent pour toujours avec l’humanité.”
Maria Montessori, Les 1946

Mathématiques (de 4 à 6 ans)

Des activités à soutenir : compter les objets du quotidien, utiliser des matériaux concrets
pour introduire des concepts, jouer avec des motifs, des tailles et des formes, introduire des formes géométriques.
“Chez nos petits enfants, les preuves d’un penchant pour les mathématiques se manifestent de nombreuses manières frappantes et spontanées.”
Maria Montessori, L’esprit absorbant

Nous vous recommandons ces autres pages

paradis du jouet logo
Inscrivez-vous à la newsletter & recevez -10 % sur votre première commande

Profitez-en !